La « nouvelle » politique export française: un défi majeur pour notre économie

La rentrée s’annonce riche en déclarations  gouvernementales, dont une majeure consacrée à l’internationalisation de nos ETI et PME faite lors de la Conférence des Ambassadeurs à Paris en août dernier : « Axer notre action collective sur une stratégie export pour les ETI et PME pour réduire le déficit commercial » a déclaré le Président Emmanuel MACRON lors de cette conférence.

Pour atteindre cet objectif national de doubler le nombre d’exportateurs français d’ici 4 ans (de 125000 environ à 200000), il est nécessaire de se poser les vraies questions concernant notre marché :

Pourquoi les ETI/ PME françaises ne se développent-elles pas à l’international aussi efficacement et rapidement que nos partenaires européens ?

Outre une prise de conscience moindre de la part de nos entrepreneurs français quant aux bénéfices avérés de s’internationaliser, plusieurs études ont démontré assez clairement les 4 niveaux de barrières qui agissent comme des freins à ce développement international :

  1. Le manque de ressources humaines en interne expertes en export – 23% des entrepreneurs de PME le considèrent comme un problème majeur !
  2. L’identification de partenaires business à l’étranger  – 34%
  3. La gestion des procédures administratives – 39%
  4. Trouver les informations suffisantes sur le marché potentiel – 25%

Au-delà de ces chiffres, que dire d’une étude de la douane Française qui indique que seulement 8% des entreprises primo-exportatrices continuent d’exporter au bout de 10 ans ?

Pour autant, doit-on sombrer dans un pessimisme ambiant ? Bien évidemment non, car un certain nombre d’indicateurs et d’initiatives tant étatiques que privés sont en train de voir le jour et de permettre le regroupement de compétences multi-acteurs et publics, et privés !

Le développement international de notre économie passera donc par une meilleure fédération, coordination et échange d’informations des différentes compétences export, qu’elles proviennent du secteur public ou du secteur privé !