EXPORTER VERS LE BRESIL : quelles données à prendre en compte et comment aborder ce marché ?

 

Le Brésil, un territoire qui couvre la moitié de l’Amérique du Sud avec une population de 210 Millions d’habitants, est un pays de contrastes qui continue à faire parler de lui, alors même qu’il vient d’investir son nouveau Président Jair Bolsonaro en ce début d’année 2019.

Evoquer le contexte politique brésilien est courant dans un pays où l’économique, le politique et le social se rejoignent et peuvent considérablement impacter les échanges commerciaux inter et extra territoriaux.

Pourquoi s’intéresser à ce pays et l’envisager comme potentiel de croissance export ?

Un certain nombre d’indicateurs économiques et financiers permettent aujourd’hui au Brésil de s’afficher au 8° rang économique mondial, avec une France se situant au 6° rang en tant qu’investisseur et au 9° rang en tant que fournisseur.

Les principaux critères « pays » qui peuvent influencer favorablement une prise de décision à exporter sont principalement les potentialités du marché intérieur brésilien, son coût du travail favorable, une industrie diversifiée,  un système bancaire très efficace, une présence significative d’entreprises internationales (plus de 500 filiales françaises !).

En revanche, les critères « pays » moins favorables, mais à prendre en compte également avant toute prise de décision, sont principalement les déficits en termes d’infrastructure, une fiscalité et réglementation douanière plutôt lourdes, une pression fiscale importante, une bureaucratie complexe, la volatilité des taux de change ainsi qu’une instabilité politique récurrente.

Ce « constat pays » posé, la question essentielle à se poser pour vous, futur exportateur français vers le Brésil reste donc la suivante :

Comment aborder ce marché aux multiples facettes ?

Si le Brésil est un pays de contrastes et de diversité tant géographique que sociale et économique, il n’en demeure pas moins que l’approche marché reste quasiment toujours la même :

  • Qualifier un très bon partenaire local reste primordial
  • Créer/ouvrir une filiale locale en fonction de l’offre produit/service s’avère souvent nécessaire

Par ailleurs, sachez qu’il vous faudra un certain temps pour établir un climat de confiance commerciale entre les différentes parties. Il est donc nécessaire de s’armer de patience et d’adopter une démarche export long terme pour ce pays.

Une fois établi au Brésil, vous pourrez également plus facilement envisager d’étendre  votre réseau si ce n’est pas encore fait aux autres pays d’Amérique du Sud tels que le Pérou, le Chili ou encore la Colombie qui partagent un certain nombre de caractéristiques communes. Cette perspective d’implantation pourra donc vous permettre d’appliquer une stratégie « tête de pont » à moyen/long terme.

Enfin, si vous hésitez ou doutez encore, sachez que, malgré certaines « zones d’ombre » d’ordre politique qui persistent et pourraient encore susciter de la défiance, les perspectives de croissance économique restent dans le vert et sont annoncées  à hauteur de 3% pour 2019 versus 2.5% en 2018 avec des notes de risque secteur améliorées en 2018 sur plus de 5 secteurs clés de l’économie brésilienne.